Tendance et Innovation

6 chiffres à connaître pour créer son offre snacking au Canada

  • 9 mai 2019
  • min

6 chiffres à connaître pour créer son offre snacking au Canada

Les collations entre le petit-déjeuner, déjeuner et dîner représentent une partie de plus en plus importante des habitudes de consommation des Canadiens. Depuis 2013, les équipes d’Ipsos Reid’s FIVE Consumer Tracking Service à Toronto suivent les comportements alimentaires qui s’opèrent sur ce segment dans le pays de l’Erable. Pour Gourming, Kathy Perotta, vice-présidente de l’organisation, délivre quelques données utiles pour les restaurateurs, épiciers et autres créateurs de concepts qui voudraient créer des menus spéciaux pour les en-cas.

Un repas sur deux est pris en dehors des moments de consommation traditionnels

« Les grignotages sont très diverses : ce peut être des chips de pommes de terre, des sandwich, des soupes, des plats à base de légumes, des pizzas, des gâteaux sec, tout comme des boissons, etc. Les sondés nous disent qu’ils mangent un grignotage souvent quand ils se déplacent. Ils prennent ainsi des petits repas plutôt que trois importants repas trois fois par jour. Et ils ont de bonnes raisons de le faire : les nutritionnistes n’arrêtent pas de répéter qu’il vaut mieux manger des petites portions mais plus souvent dans la journée. Souvent, ils ont aussi de grosses journées de travail et ils préfèrent profiter des plats qui ne nécessitent pas trop de préparation. Enfin, pique-niquer est un des passe-temps favoris des Canadiens. »

Un quart des dîners est pris après 19 heures

« Traditionnellement en Amérique du Nord, la consommation « snacking » était très importante le soir. On constate désormais qu’elle intervient beaucoup plus tôt, dans l’après-midi. Aujourd’hui, le temps de travail s’est allongé comme les distances à parcourir pour aller travailler et la prise du dîner arrive tard. Un quart des repas du soir se déroule après 19 heures : cela veut dire qu’il y a un temps entre le déjeuner et le dîner est aussi beaucoup plus long. »

Au Québec, on mange moins d’en-cas que dans le reste du Canada

« Les consommateurs québécois grignotent moins que les autres Canadiens. Les quarantenaires et cinquantenaires notamment sont plus concentrés sur les temps de repas traditionnels. Ils aiment préparer le temps du repas, partager une adresse où déjeuner, manger avec d’autres personnes, etc. La prise d’une collation tend cependant à augmenter chez les jeunes québécois qui sont plus occupés par leurs travail et loisirs. »

Les fruits, en-cas numéro 1 au Canada

« Le matin, on constate qu’il existe un besoin de manger plus sainement qui conduit les Canadiens à consommer des fruits frais. L’après-midi, prendre un snack s’apparente souvent à une récompense et la collation en elle-même doit être une vraie promesse pour tenir jusqu’à plus tard. Les Canadiens sont plus indulgents envers eux-mêmes et le contenu de leurs choix alimentaires nocturnes. Le soir, ils auront un appétit très fort pour les mets qui riment avec plaisir avec l’envie de profiter d’une véritable expérience positive pour leurs papilles. »

L’eau, reine entre les repas

« La boisson la plus consommée c’est l’eau, avec une augmentation notable des eaux pétillantes aromatisées l’après-midi. Le café est le roi des boissons prises le matin, tandis que l’après-midi, les Canadiens opteront plutôt pour un cappuccino ou un latte, par pur plaisir. Les jus sont très populaires avant midi mais de nombreux consommateurs limitent leur consommation plus tard dans la journée, très concernés par le montant de sucres et de calories qui peuvent se trouver à l’intérieur. »

Vous aimerez aussi découvrir...

Commentaires